Algérie : Retour à l’importation des véhicules touristiques neufs

  • 34
    Partages
industrie-auto-alg

Algérie : Le Conseil des ministres a tenu, ce dimanche, 10 mai 2020, une réunion exceptionnelle par visioconférence, présidée par M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République. Les travaux ont été sanctionnés par un certain nombre de mesures, nous allons nous pencher dans cet article sur ce qui touche le secteur automobile en Algérie.

Le Conseil des ministres a entamé ses travaux par une deuxième lecture de l’exposé du ministre des Finances, relatif à l’avant projet de loi de finances complémentaire 2020 (LFC). Cet avant projet, bouscule sérieusement les pratiques installés ces derniers temps quant au secteur automobile.

Les Mesures

La production nationale est toujours d’actualité, simplement, les acteurs présents actuellement sur la scène nationale se verront retiré le régime préférentiel auquel ils ont été affilié ses dernières années, notamment pour ce qui est de l’importation des kits SKD/CKD (Semi Knocked Down ou Partiellement Démonté, Completely Knocked Down pour totalement démonté). Ces kits qui servaient au montage de véhicules seront donc imposables en totalité et redevables des différents droits et taxes en vigueur.

usine-renault-algerie

En contrepartie, pour relancer l’économie et la concurrence et, dans le but de redonner à ce secteur une attractivité auprès des différents prestataires nationaux et internationaux, « l’état autorise de nouveau l’importation de véhicules touristiques neufs par les concessionnaires automobiles ».

La troisième mesure consiste en « l’Exonération des taxes douanières et de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour une durée de deux ans renouvelables pour les composants acquis localement par les sous-traitants dans le secteur des industries mécanique, électrique et électronique et les pièces de rechange, et la création d’un régime préférentiel pour les activités de montage ».

Le droit de préemption, relèvera des attributions du Premier ministre après examen approfondi par des experts, de même que toute cession d’actions entre compagnies étrangères exerçant en Algérie.

Notre analyse

Cette batterie de mesure, vient conforter la feuille de route du gouvernement, qui a clairement mis en évidence les lacunes et les failles du régime de montage automobile présent ses dernières années en Algérie. Simplement, les chiffres inquiétants qu’ont atteint les réserves de changes permettront-ils de soutenir cette nouvelle approche ?

Un scénario pourrait éventuellement exister si l’état abolit la règle des 49/51, et encourage tout investissement étranger dans le secteur de l’industrie automobile selon un cahier des charges stipulant des règles bien précises.

Parmi ces règles, on pourrait s’imaginer que, l’investisseur aura la liberté de s’installer en Algérie en tant qu’actionnaire majoritaire, voir même de ne pas avoir besoin d’un partenaire locale, à condition qu’il préserve les emplois et les infrastructures déjà en place. Tout en garantissant un transfert technologique profond, qui permettra à l’Algérie à terme de lancer enfin sa propre industrie.

Une opportunité alléchante sur le papier pour les géants de l’industrie automobile mondiale, et européenne en particulier, où a été observé une chute vertigineuse des volumes de ventes recensés, notamment en France, où on dénote un effondrement de 88.8% des immatriculations de voitures neuves en avril 2020 avec à peine 21.000 unités.

Sur les 4 premiers mois de l’année 2020, le marché français des voitures particulières neuves est en baisse de 48,0% en données brutes, et les prévisions ne sont guère encourageantes.

Le salut du secteur automobile européen viendra de la production à moindre coût et plusieurs constructeurs n’excluraient pas d’accroître leur production actuelle dans la zone Maghreb, qui pourrait bénéficier des efforts de restructuration des constructeurs automobiles mondiaux.

Une analyse a été livré précédemment sur notre site sous le titre :

Aucun détail n’a fuité pour le moment sur les modalités et les délais de mise en place de ces nouvelles mesures. Plusieurs précisions risquent d’être apportés quand à cette nouvelle décision du gouvernement, restez connectez, nous en saurons plus dans les jours à venir.

Communiqué du Conseil des ministres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *