Toyota produit de l’électricité verte au siège de Bruxelles

Toyota réaffirme son engagement envers le développement durable en installant une éolienne et des panneaux solaires au siège de Bruxelles.

Cette initiative qui s’inscrit dans le cadre du Toyota Environmental Challenge 2050, permet au géant de l’automobile Nippon de réduire sa consommation électrique de 35% au même siège.

Première dans le genre

Toyota Motor Europe devient ainsi la première société de la région bruxelloise à monter une éolienne sur son terrain. D’une capacité totale de 10 kW, celle-ci peut produire jusqu’à 24 MWh par an. Très perfectionnée, elle possède notamment des pales verticales qui captent le vent venant de toutes les directions, ainsi qu’un revêtement et destiné à réduire le bruit. Enfin, sa hauteur de 23 mètres évite tout risque d’interférences avec l’aéroport voisin de Zaventem.

1400 Panneaux solaires

L’exploitation de l’énergie éolienne ne représente qu’un volet du projet de TME. Car son alimentation en électricité renouvelable profite en outre de l’installation de 1 400 panneaux photovoltaïques sur le toit de son Centre SAV, d’une puissance maximale de 460 kWc (kilowatts-crête) et qui devraient produire 360 MWh par an.

Depuis des années, l’électricité verte est l’une des grandes priorités européennes de l’entreprise. Ainsi, 100 % de l’électricité utilisée par les sites de Toyota Motor Europe provenait de sources renouvelables en 2019. Les deux nouveaux équipements installés à Bruxelles s’inscrivent dans la stratégie Toyota : augmenter la production autonome d’électricité verte au sein de ses établissements, dans la foulée d’investissements similaires effectués sur d’autres sites européens.

Il faut souligner que depuis cinq ans, les établissements de TME ont entrepris un programme complet de modernisation en vue d’améliorer leur efficacité énergétique, notamment par l’installation d’éclairage à LED, le remplacement de la climatisation et un nouveau système de gestion des bâtiments. Bénéfice : une baisse globale de la consommation d’électricité de 35%, passée de 5 GWh à 3,3 GWh par an. Et grâce aux dernières initiatives, TME pourra désormais produire sur place plus de 10 % de sa consommation annuelle.

Un beau geste écologique, à l’heure où le débat fait rage sur la « propreté » des véhicules électriques, notamment lors de leurs phase de production. La question se posera de moins en moins chez Toyota qui communique en toute transparence sur sa source énergétique et ses projets dans l’optique d’améliorer cette dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *